Anatomie clinique des veines des membres inférieurs Texte d’un article scientifique dans la spécialité – Clinique

Les varices sont facilement éliminées sans chirurgie! Pour cela, de nombreux Européens utilisent Nanovein. Selon les phlébologues, c'est la méthode la plus rapide et la plus efficace pour éliminer les varices!

Nanovein est un gel peptidique destiné au traitement des varices. Il est absolument efficace à n'importe quel stade de la manifestation des varices. La composition du gel comprend 25 composants cicatrisants exclusivement naturels. En seulement 30 jours d'utilisation de ce médicament, vous pouvez vous débarrasser non seulement des symptômes des varices, mais également éliminer les conséquences et la cause de son apparition, ainsi que prévenir le re-développement de la pathologie.

Vous pouvez acheter Nanovein sur le site Web du fabricant.

Résumé d'un article scientifique en médecine clinique, l'auteur d'un article scientifique est Kaplunova O.A., Shvyrev A.A., Shulgin A.I.

La revue fournit des données de la littérature sur les veines superficielles et profondes des membres inférieurs. Les sources, la topographie et les lieux de confluence de ces veines sont considérés. L'emplacement des veines principales est illustré. Des données sur les variantes et anomalies possibles des veines superficielles et profondes sont présentées. Une attention particulière est portée aux veines perforantes.

Sujets similaires de travaux scientifiques en médecine clinique, l'auteur des travaux scientifiques est Kaplunova O.A., Shvyrev A.A., Shulgin A.I.

ANATOMIE CLINIQUE DES VEINES DES MEMBRES INFÉRIEURS

Dans la revue sont citées les littératures données sur les veines superficielles et profondes des membres inférieurs. Les sources, la topographie et les lieux de confluence de ces veines sont considérés. L'agencement des veines de base est illustré. Des données sur les variantes et anomalies possibles des veines superficielles et profondes sont présentées. Une attention particulière est accordée aux veines perforantes.

Le texte des travaux scientifiques sur le thème "Anatomie Clinique des Veines des Membres Inférieurs"

O.A. Kaplunova, A.A. Shvyrev, A.I. Shulgin

ANATOMIE CLINIQUE DES VÉHICULES DES EXTRÊMITÉS INFÉRIEURES

Université médicale d'État de Rostov, Département d'anatomie normale Russie, 344022, Rostov-sur-le-Don, 29, Nakhichevan Lane. Courriel: kaplunova @ bk.ru

La revue fournit des données de la littérature sur les veines superficielles et profondes des membres inférieurs. Les sources, la topographie et les lieux de confluence de ces veines sont considérés. L'emplacement des veines principales est illustré. Des données sur les variantes et anomalies possibles des veines superficielles et profondes sont présentées. Une attention particulière est portée aux veines perforantes.

Mots clés: veines, membre inférieur.

OA Kaplunova, AA Shvyrev, AI Shulgin

ANATOMIE CLINIQUE DES VEINES DES MEMBRES INFÉRIEURS

Université médicale d'État de Rostov, Département d'anatomie générale 29, rue Nakhichevansky, Rostov-sur-le-Don, 344022, Russie. Courriel: kaplunova @ bk.ru

Dans la revue sont citées les littératures données sur les veines superficielles et profondes des membres inférieurs. Les sources, la topographie et les lieux de confluence de ces veines sont considérés. L'agencement des veines de base est illustré. Des données sur les variantes et anomalies possibles des veines superficielles et profondes sont présentées. Une attention particulière est accordée aux veines perforantes. Mots-clés: veines, membres inférieurs.

Récemment, l'intérêt s'est accru pour l'étude des vaisseaux veineux des membres inférieurs en lien avec les exigences de la chirurgie vasculaire et du diagnostic par ultrasons. Cependant, les informations sur l'anatomie des veines des membres inférieurs, disponibles dans la littérature scientifique moderne, sont extrêmement rares. Les manuels d'anatomie du siècle dernier sont bien illustrés, mais contiennent des informations contradictoires sur les veines des membres inférieurs. Dans les supports pédagogiques modernes, compte tenu de la variabilité des veines des membres inférieurs, les informations les concernant sont extrêmement simplifiées, basées sur la nomenclature anatomique. La nomenclature anatomique des veines des membres inférieurs [1] a cessé de satisfaire les spécialistes du travail quotidien et est devenue un obstacle à la compréhension avec des collègues étrangers. Certains termes utilisés par les chirurgiens vasculaires et les médecins en échographie doivent également être clarifiés. Il est nécessaire de systématiser les informations disponibles sur l'anatomie clinique des veines des membres inférieurs.

Selon les données présentées dans les manuels modernes d'anatomie 4, les veines superficielles et profondes du membre inférieur se distinguent, reliées entre elles par un grand nombre d'anastomoses. Veines superficielles du membre inférieur: une grosse veine saphène coulant dans la veine fémorale, et une petite veine saphène coulant dans la veine poplitée. Veines profondes du membre inférieur appariées sur le pied et les jambes

ni, mais une veine poplitée profonde de la cuisse et une veine fémorale.

Les veines superficielles du membre inférieur partent des plexus veineux des doigts avec les veines du doigt arrière qui se jettent dans le réseau veineux dorsal du pied. Le réseau veineux dorsal s'anastomose avec l'arc veineux dorsal, à partir des bords duquel commencent les veines marginales [5]. La continuation de la veine marginale médiale est une grosse veine saphène, et la veine marginale latérale est une petite veine saphène (Fig. 1). L'arche veineuse arrière forme les veines tibiales antérieures.

Les veines de l'arrière du pied et de la semelle s'anastomosent entre elles. Ainsi, les veines numériques du dos et plantaires sont reliées par des veines perforantes interdigitales. Sur la surface plantaire du pied, se trouve le réseau veineux saphène plantaire, à partir duquel le sang coule dans l'arcade plantaire superficielle et plus loin dans les veines marginales. Les veines profondes de l'arrière du pied et de la semelle sont situées avec les mêmes artères, les accompagnant par paires. Parmi eux se trouvent les veines plantaires des doigts, puis les veines métatarsiennes plantaires s'écoulant dans l'arcade veineuse plantaire profonde. À partir de cet arc le long des veines plantaires médiales et latérales situées dans les rainures du même nom, le sang coule dans les veines tibiales postérieures 7.

Fig. 1. Veines superficielles du bas de la jambe (selon V. Shpaltegolts [7], tel que modifié):

1 – grosse veine saphène de la jambe, 2 – arc veineux dorsal du pied, 3 – extension fémorale de la petite veine saphène du pied, 4 – branche de raccordement aux veines profondes, 5 – petite veine saphène du pied, 6 – réseau veineux de l'arrière du pied, 7 – veine marginale latérale , 8 – la connexion entre les grandes et petites veines saphènes de la jambe, 9 – la veine de Léonard de Vinci,

10 – veine antérieure de la jambe inférieure.

Veines superficielles du bas de la jambe et des cuisses

La grosse veine saphène de la jambe (BPV) est une continuation de la veine marginale médiale. La grosse veine saphène est située à 2,5-3 cm devant la cheville médiale, passe le long du côté interne de la jambe inférieure, derrière le condyle médial du fémur, à l'extérieur du muscle tailleur. Dans la fissure saphène (fosse ovale), elle se jette dans la veine fémorale (Fig.2).

L'afflux le plus constant et cliniquement important de BPV est Vienne Leonardo da Vinci, Leonardo da Vinci [5]. Cette veine est située sur la partie inférieure de la jambe médiale au BPV (Fig. 1). Vienne Leonardo da Vinci est remarquable par le fait que c'est à l'intérieur, et non dans le tronc du BPV, que s'écoule la majorité des veines perforantes de la surface médiale du tibia.

Les veines du réseau veineux calcanéen, les veines saphènes du bas de la jambe et de la cuisse, les veines des os du pied, du bas de la jambe et de la cuisse, ainsi que la branche de connexion de la petite veine saphène, pénètrent dans la grande veine saphène de la jambe. Ainsi, la veine extra-saphène postérieure de la jambe, v. saphena accessoria postérieure est formée des veines saphènes des surfaces médiale et postérieure de la cuisse [5, 6], s'étend parallèlement à la grande veine saphène et y coule (Fig. 2). L'extrémité distale de la veine saphène supplémentaire peut s'anastomoser avec la petite veine saphène.

La veine saphène additionnelle antérieure du fémur part du réseau veineux de la surface antérolatérale du tiers inférieur de la cuisse, traverse le triangle fémoral en dessous et se jette dans l'UCV (Fig.2). Il existe plusieurs options

confluence de la veine extra-saphène antérieure. Il peut s'écouler dans l'arc de la veine saphène, dans la veine fémorale en dessous ou au-dessus de l'arc BPV, ou dans l'afflux de l'arc BPV.

Selon certains auteurs [8, 9], les veines saphènes accessoires latérales et médiales s'écoulant dans le BPV peuvent provoquer des varices répétées. De toute évidence, ces auteurs désignent des veines saphènes extra-larges antérieures et postérieures.

Dans la grande veine saphène, avant de pénétrer dans la veine fémorale, les afflux périgastinaux (veines saphènes des organes génitaux externes et de la paroi abdominale antérieure) s'écoulent [3, 4, 7]: veines génitales externes, veine superficielle entourant l'iléon, veine épigastrique superficielle, veines dorsales superficielles du génital membre (clitoris), veines scrotales superficielles (labiales) (Fig. 2).

Les afflux périnatals dans 25% des cas peuvent se déverser dans la veine fémorale, dans l'angle saféno-fémoral et dans la veine saphène supplémentaire [5]. Si les afflux quasi inguinaux s'écoulent dans la veine fémorale par le côté, le chirurgien peut remarquer la place de la perfusion avec une incision suffisamment grande. L'identification du site de confluence peut être difficile si les afflux péri-inguinaux s'écoulent dans la veine fémorale au-dessus de l'arc de la veine saphène ou dans la veine extra-saphène, perçant parfois le large fascia, c'est-à-dire en dehors du champ de vision du chirurgien, ou dans l'angle saffénofémoral, s'approchant derrière la grosse veine saphène.

La petite veine saphène de la jambe (MPV) est une continuation de la veine marginale latérale. Il est situé sur la surface arrière de la jambe inférieure derrière la cheville latérale, le long du bord externe du tendon d'Achille. Dans le tiers supérieur de la jambe, la petite veine saphène de la jambe est située dans la rainure entre les têtes du muscle du mollet. Du milieu du tibia, la veine passe dans le canal fascial de Pirogov et s'approfondit dans la fosse poplitée [2-4, 10].

Dans la fosse poplitée, le monospace est divisé en deux troncs, dont l'un se jette dans la veine poplitée, et l'autre va plus haut et débouche dans la partie initiale de la veine fémorale profonde [11]. Le MPV s'écoule parfois dans la branche de la veine fémorale, dans les veines du genou et même dans le BPV. L'extension fémorale du monospace ou l'entrée supérieure (flux) du monospace est située sur la face postérieure de la cuisse (Fig. 3). L'extension fémorale du MPV est reliée à la veine poplitée par l'anastomose safénopoplitée (SPS). Il existe les variantes les plus courantes du département terminal du monospace [12]:

Fig. 2. Veines superficielles de la cuisse (selon V. Shpaltegolts [7], telle que modifiée):

1 – veine superficielle autour de l'ilium,

2 – veine épigastrique superficielle,

3 – veine fémorale,

4 – veine génitale externe,

5 – veine saphène supplémentaire postérieure,

6 – veine médiale, enveloppant la cuisse,

7 – une grosse veine saphène de la jambe,

8 – veine saphène supplémentaire de la jambe,

9 – veine latérale, enveloppant la cuisse,

10 – Veine saphène supplémentaire avant.

1. Le MPV se connecte à la veine poplitée dans la fosse poplitée avec l'anastomose safénopoplitée et aux veines profondes à un niveau supérieur par l'extension fémorale du MPV ou la veine Giacomini.

Nanovein  Collants thérapeutiques pour varices comment choisir

2. MPV continue plus haut comme une extension fémorale ou veine de Giacomini, mais communique également avec la veine poplitée à travers une fine veine "anastomotique".

3. MPV peut ne pas avoir de connexions veineuses profondes et continuer à proximité de l'extension fémorale ou de la veine de Giacomini.

En 1873, Giacomini Carlo, Giacomini Carlo, a décrit une veine, qui est une continuation du MPV sur la cuisse et fusionne le plus souvent avec le WPV (Fig. 3). L'anatomie de l'extension fémorale du monospace a été confirmée par l'échographie 15. La partie distale de l'extension fémorale est reconnue par l'échographie par sa localisation dans le lit triangulaire entre le muscle semi-tendineux, la longue tête du biceps fémoral et le fascia superficiel situé au-dessus du sillon intermusculaire.

Fig. 3. La confluence des veines superficielles du membre inférieur (selon Georgiev M. et al. [1]:

1 – veine fémorale,

2 – l'afflux de la veine de Giacomini dans la veine fémorale,

3 – le flux de la veine de Giacomini dans la grande veine saphène,

4 – afflux élevé de la petite veine saphène de la jambe dans la veine poplitée,

5 – une grosse veine saphène de la jambe,

6 – anastomose safenopopliteal,

7 – bas lieu d'écoulement de la petite veine saphène de la jambe dans la veine gastrocnémienne,

8 – veine de veau,

9 – l'afflux de la veine de Giacomini dans l'afflux de la veine iliaque interne,

10 – Vienna Giacomini,

11 – veine poplitée,

12 – petite veine saphène de la jambe.

Selon [17], il existe 4 options pour la poursuite fémorale du monospace (Fig. 3), qui:

1. se poursuit dans la région fessière avec un seul tronc ou est divisé en plusieurs branches situées à différentes profondeurs;

2. s'écoule dans la veine fémorale profonde en tant que perforant postérieur de la hanche;

3. est divisé en plusieurs branches musculaires ou sous-cutanées le long de la surface postérieure de la cuisse;

4. se connecte à la veine saphène – la veine postérieure, l'enveloppe de la cuisse, s'écoulant dans le BPV dans le tiers médian de la cuisse.

Ce complexe de veines: l'extension fémorale du monospace et la veine postérieure qui entoure la cuisse, est appelée veine G-acomini.

Veines profondes du bas de la jambe et des cuisses

Les veines drainant les groupes antérieurs, postérieurs et latéraux des muscles tibiaux sont situées dans les lits fasciaux correspondants du tibia [18]. Le groupe antérieur des muscles des jambes est drainé par les veines tibiales antérieures, qui reçoivent tous les vaisseaux veineux musculaires du lit fascial antérieur. Par l'ouverture dans le septum interosseux, les veines tibiales antérieures pénètrent dans le lit fascial postérieur et se jettent dans la veine poplitée. Les veines tibiales postérieures sont un collecteur pour de nombreux affluents musculaires du lit fascial postérieur de la jambe inférieure. Ces veines se jettent dans la veine poplitée. Les veines péronières sont situées dans le lit fascial latéral de la jambe inférieure, derrière et en dedans du péroné. Dans le tiers supérieur du tibia, les veines fibulaires se jettent dans les veines tibiales postérieures.

En plus des veines principales de la jambe inférieure, qui s'étendent dans les trois lits fasciaux de la jambe inférieure et forment la veine poplitée, le lit veineux est représenté par trois autres paires de soi-disant veines surales: les veines du mollet et les veines du muscle camphre [19, 20]. Les veines gastrocnémiennes médiales et latérales effectuent l'écoulement du sang des têtes du muscle gastrocnémien et s'écoulent dans la veine poplitée sous l'anastomose safenopoplitée, ou par une anastomose commune avec MPV dans la veine poplitée, ou chacune dans l'anastomose safenopoplite.

Les veines du muscle soléaire peuvent représenter des afflux des veines péronières ou s'écouler indépendamment dans la section distale de la veine poplitée [21, 22].

Les veines murales ont un grand diamètre, des parois minces et des connexions abondantes avec les veines intramusculaires et le système veineux superficiel de la jambe inférieure. Ces veines sont un maillon important de la circulation sanguine veineuse et un élément de la pompe musculo-veineuse du bas de la jambe [5, 23]. En 1956, Bs ^ N., Soskey B. [24] a proposé le terme «sinus veineux de la jambe inférieure» pour ces veines.

Ainsi, 6 paires de veines profondes assez grandes et constamment présentes qui portent la fonction principale de l'écoulement sanguin: les veines tibiale antérieure, tibiale postérieure, fibulaire, gastrocnémienne médiale, le mollet latéral et le soléaire [19] peuvent être distinguées sur la partie inférieure de la jambe.

La veine poplitée est formée par la fusion des veines profondes de la jambe inférieure. Les veines tibiales antérieure et postérieure se connectent dans le canal cheville-poplité à la veine poplitée. La veine poplitée prend des veines jumelées de l'articulation du genou, des veines surales et du MPV. Au-dessus de l'ouverture inférieure du canal adducteur (fémoral-poplité), la veine poplitée continue dans la veine fémorale. À côté de l'artère poplitée se trouvent les veines de petit diamètre du compagnon de l'artère poplitée, u.soshyash ayepae rorheaea, formant un plexus autour de l'artère poplitée et s'écoulant dans la veine poplitée. Autour de l'artère fémorale, il existe également un plexus similaire des veines compagnes de l'artère fémorale, v. Soshyash ayepae echina K8, s'écoulant dans la veine fémorale [5, 6].

La veine fémorale est une continuation directe vers le haut de la veine poplitée 4. Dans le canal adducteur (fémoral-poplité), elle est située derrière et en partie latérale à l'artère fémorale; dans la partie supérieure de ce canal, la veine fémorale est située derrière l'artère fémorale, et dans la région de la fosse ovale du fémur – médialement de l'artère, directement près de celle-ci (Fig.4). Le BPV s'écoule de l'avant dans la veine fémorale, de l'arrière – la veine profonde de la cuisse (4-12 cm distale par rapport au ligament inguinal), et des côtés – les veines qui entourent le fémur.

Fig. 4. Veines profondes de la face antérieure de la cuisse (selon V. Shpaltegolts [7], tel que modifié):

1 – veine profonde autour de l'ilium,

2 – artère iliaque externe,

3 – veine iliaque externe,

4 – veine épigastrique inférieure,

5 – veine obstructive,

6 – veine médiale autour du fémur,

7 – une grosse veine saphène de la jambe,

8 – veine musculaire,

9 – veine fémorale,

10 – veines accompagnant l'artère fémorale (chez la poule compagnon),

11, 12 – artère fémorale,

13 – artère latérale autour du fémur,

14 – veine latérale, enveloppant le fémur,

15 – veine profonde de la cuisse,

16 – veine perforante.

Les veines profondes de la cuisse accompagnent généralement les artères du même nom par paires; cependant, quelques exceptions sont notées ici [5, 7]. Ainsi, par exemple, la veine profonde de la cuisse, U. rgs ^ et ^ a £ esop8 sont un seul tronc, et ses affluents sont appariés. Les veines perforantes s'écoulent dans la veine fémorale, yy.regYugaPez, parmi lesquelles il existe des veines simples et jumelées. Des veines perforantes accompagnent les artères du même nom; ils sont interconnectés par des branches situées sur la surface arrière du grand muscle adducteur; de plus, les veines perforantes communiquent avec les veines médiales entourant le fémur, avec les veines fessières inférieures et la veine saphène. En conséquence, une chaîne continue de collatérales veineuses est formée le long de la cuisse, par

qui relient les branches des veines iliaques poplitées et internes. Cette chaîne contient des veines médiales et latérales entourant le fémur, les veines poplitées et perforantes (Fig. 5). Les veines médiales entourant le fémur accompagnent l'artère du même nom, située sur la face arrière du gros muscle adducteur. Antérieurement, les afflux de ces veines communiquent avec la veine obstructive. Les veines latérales entourant le fémur viennent avec l'artère du même nom, reliée aux veines médiales entourant le fémur et aux branches des veines fessières.

La veine fémorale passe dans la lacune vasculaire sous le ligament inguinal et passe dans la veine iliaque externe.

Fig. 5. Veines profondes de la cuisse postérieure (selon V. Shpaltegolts [7], telle que modifiée):

1 – nerf sciatique,

2 – la première veine perforante,

3 – la deuxième veine perforante,

4 – veine fessière supérieure,

5 – veine fessière inférieure,

6 – veine génitale interne,

7 – veine médiale autour du fémur,

8 – veine musculaire,

9 – branche de la petite veine saphène de la jambe à la veine profonde de la cuisse,

10 – anastomose safenopopliteal,

11 – veine poplitée,

12 – veines accompagnant l'artère poplitée (chez la poule compagnon),

13 – petite veine saphène de la jambe.

Veines communicatives et perforantes des membres inférieurs

Les veines superficielles et profondes, principalement le tibia, relient les veines perforantes, yy.regYugaPez. Les valves qui s'y trouvent entravent la circulation du sang des veines profondes vers les superficielles.

Une grande variété de termes sont utilisés dans la littérature pour désigner les vaisseaux reliant les systèmes de veines superficielles et profondes. Ils sont appelés liants [24], perforation [25], communication [26]. Les termes veines «perforantes» et «communicatives» sont plus courants que les autres.

Les veines communicantes connectent les afflux de systèmes veineux superficiels ou profonds, c.-à-d. ils ne perforent pas leur propre fascia de la cuisse ou du bas de la jambe.

Les veines perforantes perforent l'aponévrose du tibia et relient les veines superficielles aux veines profondes [22, 27, 28]. Les veines perforantes sont parfois sécrétées dans le troisième système veineux (ainsi que superficielles et profondes). La défaillance des valves des veines perforantes conduit au développement de varices et de maladies post-thrombophlébiques, par conséquent, pendant le traitement chirurgical, ces veines doivent être ligaturées [29].

Les veines perforantes sont droites lorsqu'elles relient directement les veines superficielles aux veines profondes et indirectes si elles relient la veine saphène à la veine musculaire qui, à son tour, communique directement ou indirectement avec la veine principale profonde. Le nombre total de veines perforantes atteint 150-200 30. En même temps, seules certaines d'entre elles ont une importance clinique. Les perforants indirects sont moins importants en phlébohémodynamique que les perforants directs.

Dans la pratique clinique, les désignations de veines perforantes sont souvent utilisées par le nom des auteurs qui ont décrit ces veines (perforateurs de Kokket, Dodd, Boyd, etc.). Cependant, selon les recommandations du Consensus du Conseil international de phlébologie [12], il est préférable d'utiliser des termes décrivant la localisation des veines, car l'utilisation du nom des auteurs n'est pas toujours correcte.

On distingue les veines perforantes du pied, du bas de la jambe, de la région du genou et de la cuisse, qui sont regroupées selon le principe topographique [33, 34].

Les veines perforantes du pied sont divisées en perforateurs dorsaux, médiaux, latéraux et plantaires. Les veines perforantes de la cheville comprennent des perforateurs médial, latéral et antérieur.

Les perforations du tibia sont divisées en 4 groupes principaux [19]:

1. Le groupe médian des veines perforantes de la jambe inférieure (perforations directes).

– Les perforants tibiaux postérieurs (veines perforantes du Kokket) – situés dans le tiers moyen et inférieur de la jambe. Ces perforants relient la branche postérieure du BPV (la veine de Léonard de Vinci) aux veines tibiales postérieures. La localisation des veines perforantes de Kokket est généralement indiquée en centimètres, mesurant la distance de la surface plantaire du pied.

– Les perforations paratibiales sont situées sur la surface médiale du tibia et comprennent des veines perforantes Sherman dans le tiers moyen et inférieur de la jambe inférieure et des perforantes Boyd dans le tiers supérieur de la jambe inférieure.

Nanovein  Causes et symptômes des varices chez les femmes et les hommes

– La veine perforante de Sherman est située à la frontière du tiers médian et supérieur du tibia, relie la branche postérieure du BPV (veine de Léonard de Vinci) aux veines tibiales postérieures ou aux plexus musculaires du tibia.

– La veine perforante de Boyd est située dans le tiers supérieur de la jambe, à environ 10 cm sous l'articulation du genou, relie la grosse veine saphène aux veines tibiales postérieures ou au plexus musculaire de la jambe.

2. Le groupe avant de veines perforantes de la jambe.

Les perforateurs antérieurs du tibia pénètrent

fascia tibial antérieur et relier les affluents antérieurs du BPV avec les veines tibiales antérieures.

3. Le groupe latéral de veines perforantes de la jambe inférieure.

Des perforants latéraux relient les veines du plexus veineux saphène latéral aux veines fibulaires. Habituellement, il y en a 3-4.

4. Le groupe postérieur de veines perforantes du bas de la jambe (perforants indirects).

Des perforations indirectes relient les veines des poissons plats et des muscles gastrocnémiens à la petite veine saphène [19]. Les perforations médiales du mollet sur la surface médiale du tibia, les perforations latérales du mollet sur la surface latérale du tibia, les perforations en forme de poisson plat reliant le MPV aux veines du soléaire (le perforant de mai dans le tiers médian du tibia) et les perforations près du tendon d'Achille (reliant les veines perforantes au petit Bassi) sont distinguées. Les veines schématiquement perforantes de la jambe sont représentées sur la Fig. 6.

Fig. 6. Veines perforantes du bas de la jambe (selon VP Kulikov et al. [19], 2007):

1 – veine poplitée, 2 – grosse veine saphène, 3 – petite veine saphène, 4 – veines tibiales postérieures, 5 – veines tibiales antérieures, 6 – perforant Boyd, 7 – perforant Sherman, 8 – perforant Coquette III (18 cm), 9 – perforant de Kokket II (14 cm), 10 – perforant Kokket I (7 cm), 11 – perforant May, 12 – perforant Bassi (12 cm), 13 – perforant Bassi (5 cm), 14 – branche arrière de BPV (Vienna Leonardo da Vinci).

Les perforateurs de la région du genou sont divisés en perforateurs médiaux et latéraux du genou, perforateurs suprapatellaires et infrapatellaires et perforateurs de la fosse poplitée. L'un des affluents du monospace mérite une description distincte – la soi-disant «veine perforante de la fosse poplitée», qui a été décrite pour la première fois par Dodd. Cette veine longe l'arrière de la jambe et la région poplitée, parfois en parallèle

MPV, et forme généralement une anastomose distincte avec la veine poplitée, située, en règle générale, latéralement à partir de l'anastomose safenopopliteal [35, 36].

Les veines fémorales perforantes sont regroupées selon leur localisation [19]. Sur la surface médiale de la cuisse, il y a des perforateurs du canal fémoral (anciennement des perforants Dodd) et des perforants inguinaux reliant le BPV ou ses affluents à la veine fémorale. Sur

surface antérieure de la cuisse – perforateurs antérieurs de la cuisse perforant le quadriceps. Des veines perforantes latérales traversent les muscles latéraux de la cuisse. Les perforateurs fémoraux postérieurs sont divisés en perforants médiaux antérieurs perforant le muscle adducteur, perforateurs sciatiques situés le long de la ligne médiane le long de la surface postérieure de la cuisse, perforateurs postérieurs teraux perforant le biceps fémoral et le muscle semi-tendineux (perforateur Hack) et perforateurs génitaux externes. Les perforateurs des muscles fessiers sont divisés en supérieur, moyen et inférieur.

Options et anomalies des veines des membres inférieurs

La plupart des veines accompagnent les artères du même nom, dans ces cas, les variantes veineuses correspondent aux variantes artérielles [37].

Les veines varient plus souvent que les artères [5, 22, 38-41]. Selon ces auteurs, les options et anomalies des veines suivantes sont trouvées, qui sont d'une grande importance dans le diagnostic de la thrombose:

– La grosse veine saphène de la jambe peut être de très petit diamètre, peut être doublée, très rarement –

triplé. Parmi les variantes de ses affluents, il y a une veine saphène supplémentaire du fémur, la veine saphène antérieure.

– La veine poplitée est parfois double, et ses connexions intervenantes forment plusieurs îles.

– Doublement de la veine fémorale.

– Hypoplasie de la veine fémorale. Avec cette anomalie, le système veineux de la région gastrocnémienne est drainé par le mégaween saphène situé sur la surface antérolatérale du membre inférieur et se connecte à la veine fémorale à travers l'arc de la veine saphène, ainsi qu'à la veine iliaque interne à travers la veine profonde entourant le fémur ou la veine obstructive.

Ainsi, sur la base de l'analyse des données de la littérature consacrée à l'étude des veines des membres inférieurs, il est nécessaire de noter la rareté et l'incohérence des informations sur la morphologie et la topographie des veines superficielles et profondes. Dans la littérature dont nous disposons, il n'y a aucune idée claire des variantes les plus significatives cliniquement des veines superficielles et profondes, le matériel illustratif est extrêmement insuffisant.

1. Terminologie anatomique internationale. Ed. L.L. Kolesnikova. – M.: Médecine, 2003 .– 424 p.

2. Poids M.G., Lysenkov N.K., Bushkovich V.I. Anatomie humaine 10e éd., Rev. et ajoutez. – Saint-Pétersbourg: Hippocrate, 1997. -704 p.

3. Anatomie humaine. En 2 volumes. Point 2. Ed. Académicien de l'Académie russe des sciences médicales, Prof.M.R. Sapina. Ed. 3e. – M.: Médecine, 1996 – 560 p.

4. Gaivoronsky I.V. Anatomie humaine normale. T. 1: Manuel pour le miel. les universités. – SPb: spécial. Litt., 2000 .– 560 s.

5. Gray H. Anatomie du corps humain. – Philadelphie: Lea et Febiger, 1918. – 1396 p.

6. Waldeyer A., ​​Mayet A. Anatomie humaine: pour les étudiants u. Médecins montrés Selon systemat., Topograph. U. Pract. Points de vue. V.1 – Berlin; New York: de Gruyter, 1987. -494 s.

7. Shpaltegolts V. Atlas sur l'anatomie humaine. En 2 parties. -M.: Imprimerie I.N. Kushnereva, 1901-1906. – 899 s.

8. Garner JP, Heppell PS, Leopold PW La veine saphène accessoire latérale – une cause fréquente de varices récurrentes // Ann R Coll Surg Engl. – 2003. – № 85 (6). – P. 389-392.

9. Kurkcuoglu A., Peker T., Gulekon N. Étude anatomique, radiologique et histologique des grandes et petites veines saphènes // Saudi Med J. – 2008. – №29 (5). – P. 672-677.

10. Caggiati A. Relations fasciales de la veine saphène courte // J Vasc Surg. – 2001. – № 34 (2). – P. 241-246.

11. Barberini F., Cavallini A., Caggiati A. L'extension de la cuisse de la petite veine saphène: une hypothèse sur sa signification, basée sur des rapports morphologiques, embryologiques et anatomo-comparatifs // Ital J Anat Embryol. – 2006. – №111 (4). – P. 187-198.

12. Cavezzi A., Labropoulos N., Partsch H. et al. Échographie en duplex des veines dans la maladie veineuse chronique des membres inférieurs – Document de consensus VIP. Partie II. Anatomie // Eur. J. Vasc. Endovasc. Surg. – 2006. – № 31 – p. 288-299.

13. Hoffman HM, sable de poussière G. Les conditions d'écoulement veineux du Triceps surae // Muscle phlébologique. – 1991. – № 20. -P. 164-168.

14. Georgiev M. La veine fémoropoplitée. Anatomie échographique, diagnostic et chirurgie de bureau // Dermatol. Surg. – 1996. – № 22. -P. 57-62.

15. Georgiev M., Myers KA, Belcaro G. L'extension de la cuisse de la veine saphène inférieure: d'après les observations de Giacomimi

à l'imagerie échographique // J. Vasc. Surg. – 2003. – № 37. -P. 558-563.

16. Delis KT, Swan M., Crane JS et al. La veine Giacomini comme conduit autologue dans la reconstruction artérielle infra-inguinale // J Vasc Surg. – 2004. – № 40 (3). – P. 578-581.

17. Gillot C. Le Prolongement post axial de la petite veine saphene. Etude anatomique. Considerations fonctionnelles. Interet pathologique //Phlebologie. — 2000. — № 53. — P. 295-325.

18. Chirurgie opératoire et anatomie topographique. Ed. V.V. Kovanova. – M .: Médecine, 1978.- 416 p.

19. Kulikov V.P. Diagnostic échographique des maladies vasculaires. Ed. V.P. Kulikova. – M.: LLC Firm STROM, 2007. – 612 p.

20. Aragao JA, Reis FP, Pitta GB et al. Etude anatomique du réseau veineux gastrocnémien et proposition de classification des veines // Eur J Vasc Endovasc Surg. – 2006. – № 31 (4). -P. 439-442.

21. Shevchenko Yu.L., Stoyko Yu.M., Shaydakov E.V. et autres caractéristiques anatomiques et physiologiques des sinus musculo-veineux de la jambe inférieure // Angiologie et chirurgie vasculaire. – 2000. – n ° 6 (1).

22. Savelyev V.S. Phlébologie: un guide pour les médecins. -M.: Médecine, 2001 .– 664 p.

23. Dodd H., Cockett F. La pathologie et la chirurgie des veines du membre inférieur. – Londres, 1956. – 255 p.

24. Dumpe E.P., Ukhov Yu.I., Schwalb P.G. Physiologie et pathologie de la circulation veineuse des membres inférieurs. – M.: Médecine, 1982. -168 p.

25. Revskoy A.K., Zhuraev T.Zh. Syndrome postthrombophlébique des membres inférieurs. – Tomsk: Ed. Université de Tomsk, 1980. – 160 p.

26. Kharkhuta A.F. Varices des membres inférieurs. -M .: Médecine, 1966. – 140 p.

27. Novikov Yu.V. Diagnostic échographique clinique de la pathologie des veines des membres inférieurs. – Kostroma: DiAr, 1999. -72 p.

28. Churikov D.A., Kirienko A.I. Diagnostic échographique des maladies veineuses. – M.: Portée, 2006 .– 96 s.

29. Krnic A, Vucic N, Sucic Z. Corrélation de l'incompétence de la veine perforante avec l'étendue de la grande insuffisance saphène: étude transversale // Croate Med J. – 2005. – № 46 (2). – P. 245-251.

30. Kostromov P.A. Les veines communicatives des membres inférieurs et leur importance dans la pathogenèse des varices // Pratique médicale. – 1951. – N ° 1. – C. 33-38.

31. Tibbs D. Varices et troubles associés. – Butterworth heinemann, 1997. – 576 p.

32. Liskutin J., Dorffiner R., Mostbeck GH Doppler veineux duplex et techniques d'imagerie Doppler couleur Imagerie duplex et Doppler couleur du système veineux. Ed. Par Mostbeck GH – Springe, 2003. – P. 19-34.

33. Van Limborgh J., Hage EW Caractéristiques anatomiques de ces veines perforantes de la jambe qui deviennent fréquemment ou rarement incompétentes. Dans: May R., partsch H., Staubesand J., eds. Veines perforantes. – Munchen: Urban & Schwarzenberg, 1981. -P. 49-59.

34. Caggiati A., Ricci S. Le long compartiment de la veine saphène // Phlébologie. – 1997. – № 12. – P. 107-111.

35. Dodd H. Varices persistantes avec référence spéciale aux affluents variqueux des veines fémorales et poplitées superficielles // Proc. R. Soc. Med. – 1958. – № 51. – P. 817-820.

36. Dodd H. Les différents affluents de la veine poplitée // Proc. R. Soc. Med. – 1964. – № 57. – P. 394-396.

37. Dorokhov R.N., Bubnenkova O.M. Asymétrie du corps, sa caractéristique et sa correction. // Enfants, sports, santé (numéro 5). – Smolensk: SGAFKSiT, 2009 .– C.46-56.

38. Ivanov GF Fondamentaux de l'anatomie humaine normale. T. 2.-M .: Medgiz, 1949 .– 696 p.

39. Blanchmezon F., Grenaeus F. Atlas d'anatomie des veines superficielles du membre inférieur: anastomose Safenopopliteal. -M .: Groupe pharmaceutique Servier, 2000. – 48 p.

40. Quinlan DJ, Alikhan R., Gishen P. et al. Variations de l'anatomie veineuse des membres inférieurs: implications pour le diagnostic américain de thrombose veineuse profonde // Radiology. – 2003. – №228 (2). – P. 443-448.

41. Kiriyenko A.I., Koshkina V.M., Bogacheva V.Yu. Angiologie ambulatoire. Un guide pour les médecins. – M .: Litter Publishing House, 2007 .– 328 p.

Lagranmasade France